Hong Kong, la ‘capitaliste’ ! Où va-t-elle aujourd’hui ? Sous traitement « homéopathique » par le socialisme capitalisteou socialisme de marché équipé « d‘une faucille et d’un marteau » entre les mains de Pékin ?

Episode 3

  • « Un pays, deux systèmes » : Hong Kong garde une large autonomie, son système judiciaire et globalement ses libertés individuelles. Le système en place a aussi une fin contractuelle signée au moment de la rétrocession de HK : 2047. HK sera-t-elle alors une simple région/province chinoise comme une autre ? Il reste 23 années à courir et observer.
  • Croissance économique : Hong Kong reste un centre financier mondial et une plaque tournante du commerce international (mais son port n’est plus le « roi d’Asie »…largement dépassé par Shanghai, Singapore – Voir plus bas) mais bénéficie de la stabilité juridique, d’une haute expertise, d’un management privé (et non pas étatique), d’infrastructure solide et d’un environnement commercial assez favorable qui s’appuie toujours sur la solide et bonne « Common Law » britannique.
  • Tensions politiques : Les relations entre les autorités locales et la population se sont tendues, notamment à travers des mouvements prodémocratie comme la Révolution des Parapluies en 2014 et les manifestations de 2019 contre la loi d’extradition.
  • Loi sur la sécurité nationale (2019-2020) : Imposée par Pékin, cette loi a renforcé le contrôle chinois sur Hong Kong, limitant les libertés politiques et suscitant des critiques internationales. Lire plus sur le bien connu ‘article 23’ : https://theconversation.com/what-article-23-means-for-the-future-of-hong-kong-and-its-once-vibrant-pro-democracy-movement-226186
  • Émigration et changements démographiques : Face à l’érosion des libertés, de nombreux résidents ont émigré vers d’autres pays, de nombreux chinois sont venus s’installés (une cousine chinoise de ma famille du côté de mon épouse est un exemple concret) modifiant à ‘petit pas’ le mix démographique et l’atmosphère culturelle de la ville. HK est passé de 5.15 M à. 7,5 M entre 1980 et 2023 avec une chute notoire en 2019 et 2020 (effet Covid mais aussi la loi sur la sécurité nationale mentionnée plus haut) avant de croitre à nouveau entre 2021 2023 et des retours de Hongkongais et autres (sources : SCMP, Jan 2024).

Tout ceci a marqué une transformation significative de la dynamique sociopolitique et économique de HK depuis 1997. D’autres aspects importants marquent l’évolution depuis la dernière décade :

Les deux piliers économiques et historiques sont dans le « dur » et en mutation : la place boursière et le commerce/trading/activités du port et logistiques.

  • Le port de HK illustre bien la tendance : « Hong Kong doit son existence même à sa situation géographique de port idéal, pierre angulaire de la croissance de la ville dont le nom signifie “Port parfumé”. Ces dernières quarante années, Hong Kong figurait parmi les plus grands ports du monde. Dans les années 1990 et au début des années 2000, alors que l’économie de la Chine continentale s’ouvrait, il dominait le marché mondial. Mais selon les données compilées par le cabinet de consultants Drewry Shipping Consultants, le port de l’ancienne colonie britannique revenue en 1997 dans le giron de Pékin s’est retrouvé en 2018 à la septième place, confirmation d’un glissement qui semble inexorable face à la domination des ports de Chine continentale et à la résilience de Singapour.
    En 2018, le port de HK a traité 19,64 millions de conteneurs ‘Equivalent Vingt Pieds’ (EVP), contre 23,54 millions en 2006. C’est
    moins de la moitié de l’activité du numéro un mondial, Shanghai (42,01 millions d’EVP) et loin derrière le numéro deux Singapour
    (36,60 millions d’EVP). En 2004, quand Hong Kong était le port le plus actif du monde, plus de 150 000 bateaux y avaient été
    chargés, un chiffre aujourd’hui réduit de plus de la moitié, selon l’agence Bloomberg News. »
    (Source TRM24-26 juin 2024)
  • La bourse et son indice Han Seng fleurte depuis début 2024 avec le point psychologique très bas des 15000, proche du retour aux années 2004/2005…

Et il convient d’ajouter de nombreux autres points :

  • Éducation : Le système éducatif a subi des changements, notamment avec l’introduction de programmes de patriotisme chinois, ce qui a suscité des débats sur l’influence de Pékin sur la jeunesse locale. Nous avons bien enseigné en France et dans ses géographies lointaines, tropicales et équatoriales que leurs ancêtres étaient des Gaulois !
  • Logement et inégalités : des défis majeurs en matière de logement, avec des prix immobiliers toujours parmi les plus élevés au monde, exacerbant les inégalités sociales et économiques notamment avec un salaire minium à 40 HK$ de l’heure (environ 5$) mais une moyenne horaire de 210HK $ (25€) et un salaire moyen annuel d’environ 50,000€ (source FMI – Banque Mondiale).
  • Liberté de la presse : Il y a eu un déclin notable de la liberté de la presse, avec la fermeture de journaux indépendants comme Apple Daily (Jimmy LAI) et l’arrestation de journalistes et de militants. Le fameux « South China Morning Post », un rescapé en anglais, crée en 1903, reste de grande qualité avec des éditoriaux mesurés et une version digitale toujours bloquée en Chine.
  • Juridiction et état de droit : Bien que Hong Kong maintienne un système judiciaire indépendant en théorie, des inquiétudes croissantes persistent quant à l’influence de la Chine sur les affaires judiciaires locales, notamment avec des juges perçus comme pro-Pékin.
  • Relations internationales : Les développements à Hong Kong ont eu des répercussions sur les relations entre la Chine et d’autres pays, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni, qui ont critiqué les atteintes aux libertés et aux droits humains. Rien de nouveau ni d’étonnant !
  • Innovation et technologie : Hong Kong a continué de se développer en tant que centre de technologie et d’innovation, de belles universités, des sièges sociaux nombreux, de multiples compétences, bien que HK soit en concurrence croissante avec des villes comme Shenzhen, et, plus généralement en Asie, Singapour. Singapour, qui fêtera ses 60 ans en 2025, a largement dépassé HK en
    termes de richesse. En 10 ans, 2012-2022, le nombre de millionnaires a chuté de 27% à 129000 personnes contre une augmentation de 40% à Singapore (240000 personnes) – Source Bloomberg, Avril 2023.
    Lorsque j’habitais à Singapour (2005 à 2007) :
    PIB Hong Kong 2023= 376 milliards US $ vs PIB Singapour 2023 = 510 milliards de US $.
    PIB Hong Kong 2007= 211 milliards US $ vs PIB Singapour 2007 = 180 milliards de US $.
    HK : +78% sur la période et Singapour : 283%
    (Source Banque Mondiale)
  • Pandémie de COVID-19 : La gestion de la pandémie a accentué les tensions, avec des restrictions strictes et des impacts économiques significatifs, affectant les petites entreprises et le tourisme.
    Ces éléments illustrent la complexité de l’évolution de Hong Kong depuis 1997, marquée par un équilibre délicat entre autonomie et contrôle accru de Pékin, ainsi que par des défis économiques et sociaux persistants. Pour le reste, LKF (Lan Kwai Fong) toujours aussi actif le soir pour célébrer ou oublier ? Le vin est abondant et sans taxe depuis 2008 🙂, la distribution reste assez stable avec les effets positifs du boom « on-line » (vente, logistique, etc…) où HK est une plateforme majeure. Les fameux tramways Ding Ding sillonnent l’île de Hong Kong au son de cloche immuable et à la même allure plaisante. Ces Ding Ding appartiennent d’ailleurs à la RATP Transdev Asia qui les gèrent…Globalement, « l’humeur » a évolué, le temps est plus maussade que la lumière du succès qui éclairait le ‘Victoria Harbour’auparavant.

    Quelques constats et commentaires qui me viennent à l’esprit :

  • Je ne peux porter aucun jugement et puis ça serait inutile ! Toute forme d’analyse teintée d’arrogance et d’un prisme monolithique émanant de notre cadre de réflexion habituel rempli de certitudes et de bonnes recettes et histoires occidentales ne conviennent pas car il est sage s’immerger dans la culture, la compréhension et vision du monde des peuples et nations et leur histoire locale, les valeurs en actions, les manières de pensées…et il convient de prendre toute information avec précaution, les vérifier, analyser avec des données fiables et claires.
  • Des choses immuables bien que subjectives (!) : l’excellente nourriture locale et le shopping toujours intéressants et à la pointe…
  • Le cantonais raisonne partout (plus de 90% de la population) et le mandarin beaucoup aussi, et 50% de l’île pratique l’anglais !
  • Essayer de comprendre les logiques et ce qui motivent les parties prenantes est clé. Aujourd’hui, Hong Kong fait partie de la Chine, a besoin et dépend fortement de cette Chine qui est son premier partenaire + 1er investisseur et sources de revenus, touristes, échanges. La Chine a aussi une chance inouïe de posséder Hong Kong et tout le savoir-faire financier et boursier, des métiers d’assurance, maîtrise de la propriété intellectuelle, capacité de médiation, savoir-faire pratique de la gouvernance des entreprises, du trading,…Hong Kong parle le langage comptable, financier et culturelles de l’occident en anglais et comprends celui de la Chine en cantonnais et mandarin. Pékin encourage toujours le développement des échanges économiques, présente Hong Kong comme un bon élève des ‘compliance’ et de la transparence des données. Ils s’y sont vraiment mis et, en central dans la capitale chinoise, Pékin peut s’en servir et en bénéficier. Hong Kong peut continuer à en vivre.
  • Les citoyens ont une qualité de vie (longévité aussi !), sécurité, santé, même si la pauvreté est perceptible dès que l’on marche dans les quartiers plus lointains que le poumon du ‘business’ avec des écarts riche-pauvre en progression (comme partout finalement) et que la pollution urbaine est bien présente. J’ai remarqué peu d’engagement très visible dans la transition durable (dans la presse, à la TV, les pubs, les magasins…). Probablement pas dans le top de l’agenda du gouvernement local qui doit être plutôt tourné vers la grande préoccupation de la croissance, gérer le social et les relations Pékin, inventer une nouvelle place sur l’échiquier sino-asiatique.

  • D’une porte d’entrée en Chine pour les entreprises qui, bien souvent, berçaient la chimère de la conquête de l’empire du milieu à la fin du 20ème siècle et au début des années 2000 (et certaines ont pu vraiment réussir…mais pas tant que ça…on en reparlera !), nous sommes passés, au cours des 20 dernières années, plutôt à Hong Kong devenu, ce que je nomme un point de sortie de la Chine vers l’Asie et le reste du monde, un lieu de gestion ‘corporate’ des groupes, une plateforme de finance bien rôdée et experte, un protection des affaires et des risques avec une forme de « cordon juridique encore solide » pour les personnes morales et physiques (de tous pays et bon nombre de chinois ‘mainland’). Je perçois HK comme une vraie plateforme toujours forte et efficace pour assurer une présence et proximité avec notamment l’Asie du Nord (Chine, Japon, Mongolie, Corée…et le Pacifique) grâce à son aéroport, temps de vols, sécurité, transparence, gouvernance, compétences, anglophonie,.) vs l’Asie du Sud (Asean +Inde) où Singapour règne et règnera encore un moment….Avant, il était possible de s’organiser en l’Asie depuis HK seulement… j’en doute aujourd’hui. HK reste néanmoins solide, comme évoqué plus haut, avec la bourse, les flux financiers, des formes juridiques claires et solides, une protection de la propriété intellectuelle, une culture entrepreneuriale, de l’innovation et de la recherche, des infrastructures performantes, une population éduquée et compétitive, une volonté effective d’être dans le camp des « finances respectables » (encore un peu de boulot à faire…) et cela étant encouragé par Pékin même si HK a perdu de sa ‘superbe’.
    La Chine étant un pays fin stratège ‘génétiquement’ et naturellement entraîné à l’école d’apprentissage de « l’art de Guerre » (Sun Tzu) pour apprendre à la gagner sans la faire, l’histoire est tracée et la locomotive Pékinoise fait son chemin. On monte à bord ou on reste à quai. La force et puissance du système sont telles qu’une fois dans l’étau du système, le cadre est donné et l’encapsulage doctrinaire en marche. Les grains de sels, aussi petits soient-ils, peuvent enrayer toute mécanique et tout système, mais, à ce jour, le train est en marche, à grande vitesse. Soyons attentif et vigilent. Les cycles d’ascension et de descente ou dépression sont valables pour tout le monde…les grands, lourds, moyens, petits, légers…l’humilité, lucidité & pragmatisme (qui ne doit pas freiner les visions et rêves voir mêmes quelques idéaux humanistes, altruistes et durables) sont les maîtres mots. A méditer d’ailleurs par les temps qui courent. Avec passion mais toujours modération et respect.
    L’avenir nous apprendra qu’il y a de beaux jours devant nous, des mauvais ne manqueront pas de surgir, mais Hong Kong, dans les années à venir reste une opportunité de se positionner, à mon sens, non plus stratégiquement en Asie ou globalement mais plutôt tactiquement (et ceci selon les secteurs d’activités) avec une visée Asie du Nord & Pacifique vs Asie du Sud car ces deux blocs dessinent lentement une carte géostratégique entre les 2 mammouths géants asiatiques qui partagent une ‘petite’ frontière physique commune de plus de 3000 km (quand même !) au pieds de l’Himalaya, en plusieurs parties entre Népal et Bhoutan, et pas toujours tranquille entre soldats qui s’observent. Il y a tant de différences et parfois d’oppositions et compétitions latentes et multiples et donc possiblement des conflits, entre la Chine et l’Inde, avec lesquelles il faudra naviguer sans froisser en jonglant avec la ‘multilatéralité’…
    Ceux qui désirent exister, s’installer, se développer en Asie sur le long terme, et non pas juste faire des coups, doivent étudier et chercher les scenarii possibles et identifier les opportunités multiples dans une carte du monde en mouvement permanent et des plaques tectoniques qui sont toujours à surveiller, dans cette région du globe (du Japon à l’Indonésie notamment), au sens premier du terme mais aussi sur les plans politiques, les alliances entre pays, les aspects sociaux, économiques, technologiques, durables.

    Par temps de changement climatique, abreuver la moitié de l’humanité au sens propre et figuré me semble encore un challenge qui n’est pas pris au niveau de son importance, ni ses impacts et conséquences… C’est pourtant probablement un des éléments qui sera l’arbitre et dictera les grandes orientations (et probablement les conflits) de ce continent quel que soit les dirigeants en place et les
    doctrines à l’œuvre dans les décades à venir. Il faudra faire avec…Surtout l’été, du détroit de Béring à la pointe est, sud et ouest du continent Indien, qui risque de suffoquer et pas supporter la chaleur à plus de 40 ou parfois 50°C (A New Delhi, où la température n’est pas descendue sous les 43 °C depuis un mois, l’eau est devenue rare et chère. Source : « Le Monde, 19 juin 2024), en passant par toutes grands ports côtiers qui pourraient bouleverser les flux et les itinéraires des flottes marchandes (Xi Jinping & V. Putin travaillent dessus), peut être en faveur de Hong Kong, depuis Vladivostok, Osaka, Busan, Dalian, Tianjin, Qingdao, Fukuoka, Shanghai, Ningbo, Xiamen, Fuzhou, Taipei & Kaohsiung (Taiwan), Hong Kong & Shenzhen, Hô-Chi-Minh Ville, Singapour, Calcutta, Chennai, Mumbai. Vous pouvez tirer un trait qui lie le détroit de Béring à l’Inde et les ports mentionnés ci-dessus et réfléchir en quoi ce ‘corridor’ peut bouleverser l’ordre maritime mondial. C’est avec ceci en tête qu’il me semble pertinent de réfléchir au futur où HK aura une carte à jouer et à prendre tout comme Taiwan d’ailleurs, mais c’est une autre histoire.

    Toujours heureux d’échanger et d’en parler pour essayer d’entrevoir et développer les scenarii possible, les opportunités…et les risques à anticiper pour faire prospérer des activités et projets en Asie, espérant une paix globale entre pays, peuples et civilisations co-existant sur une planète vivable.

    Bertrand GIRARD, Juin 2024 depuis Hong Kong.

    Vous serez peut-être intéressé par…

    Atterrissage à Shanghai

    Atterrissage à Shanghai

    Épisode 4 La Chine plus digitale que le reste du monde ! Alors, avant d'atterrir en Chine, comme touriste ou bien y travailler, y vivre, adaptez-vous et dotez-vous des outils appropriés... Votre séjour et vie quotidienne sera très agréable ou alors compliqué... Même...

    lire plus